NF1 : Anita Meszaros a adopté le Havre

Elle n'avait que 16 ans lorsqu'elle a signé son premier contrat de 6 ans au plus haut niveau national roumain. Et Arad ne s'y était pas trompé ! Deux ans plus tard, après un incontournable apprentissage, Anita Meszaros avait conquis sa place dans la raquette au point de répondre aux critères de sélections roumaines. Tout semblait lui être acquis, cependant à 23 ans la grande blonde avait des envies d'ailleurs.

« Je voulais vraiment partir jouer à l'étranger, assure-t-elle, Italie, Espagne ou France, cela m'était égal. Mon agent a trouvé en France et je ne regrette pas. J'ai toujours eu de bons coaches, de bonnes équipes, jamais de problème et je sais que ce n'est pas le cas de tout le monde. J'ai eu la chance aussi peut-être de venir avec Dan, c'est plus facile que seule. » Anita parlait déjà le Hongrois (de part ses origines), le Roumain (appris à l'école), puis elle a mis un point d'honneur à se faire très bien comprendre en Français pour se faciliter la vie quotidienne et en Anglais sur le terrain. Un sacré bagage agrémenté d'une immense gentillesse et d'un visage toujours souriant.

A raison de deux saisons par club, elle a déjà bourlingué 6 ans en France : Ligue 2 à Reims et Limoges, NF1 à Sceaux... Et maintenant Aplemont où elle s'est imposée naturellement en tant que capitaine. « C'est la première fois que j'ai ce rôle. Laurent me l'a proposé parce que je suis la plus expérimentée, j'ai été surprise. Mais tout se passe bien, on parle beaucoup ensemble, il n'y en a pas une qui se croit plus forte, chacune écoute les autres, j'ai l'impression d'être là depuis un an ou deux. D'ordinaire, mon adaptation prend plus de temps, là je n'ai eu besoin que d'une semaine... » Elément complémentaire de cette adaptation réussie : avec le beau temps, la ville du Havre a séduit le couple qui a très vite pris ses habitudes du côté de la plage, baignade à l'appui encore cette semaine !

Elle y croit

Vivifiant avant de retourner sur le parquet. Car demain, c'est encore un gros morceau qui attend les Océanes : Strasbourg-Illkirch-Graffenstaden résumé à Graffenstaden côté féminin, équipe reléguée de Ligue 2 et qui a pour ainsi dire conservé son groupe afin de tenter l'ascenseur. Auront-elles appris des erreurs qui leur a coûté d'un point la victoire à Geispolsheim ? « Samedi dernier, nous avons toutes fait un gros match et si on joue comme ça, je crois qu'il n'y aura pas de problèmes, estime la numéro 8 aplemontaise. Il faut régler certaines choses pour éviter des coups de sifflet que nous ne méritons pas, parce que clairement Alexis et moi, nous étions visées. J'y crois et surtout si Baleta revient. Nous l'attendons, elle veut jouer, espérons que ce ne soit pas une erreur de la faire revenir trop vite. »

Samedi 22 septembre à 20 h : Aplemont – Graffenstaden

Buvette, frites, saucisses, merguez, sandwiches, etc...

0 vue

© Copyright 2018 - A.L.Aplemont Le Havre Basket - Tous droits réservés.