Romuald Galmard, premier manager général aplemontais

Pour avancer, il faut se structurer... Et c'est une belle marche que vient de gravir l'ALA en créant un poste de manager général. Le président Alain Darmagnac avait cette idée en tête depuis déjà deux ans mais quand les finances sont restreintes, les priorités ne se situent pas à ce niveau. Qu'importe il attendrait son heure... Elle vient de sonner !

En fin de saison dernière, un « enfant » du club est venu spontanément proposer son aide. Chef de projet en automatisme de métier, Romuald Galmard mit en avant ses capacités d'organisateur pour entrer au comité directeur et tenter de mettre de l'ordre dans ce club qu'il fréquente depuis... 27 ans. Joueur dès 10 ans, entraîneur (diplômé)-joueur depuis des lustres et toujours en activité malgré ses 37 ans, pas un recoin de Coubertin, pas un licencié ni même un bénévole n'est méconnu de lui. Du boulot, il en a abattu, le soir, le week-end, la nuit parfois, créant le site internet, des pôles de travail, organisant les mises en place des matches de NF1, distribuant les rôles à chacun, structurant les bonnes volontés trop souvent laissées jusque-là à leurs propres initiatives...

« Au début, tout n'a pas été facile, reconnaît celui que tout Aplemont appelle Romu. Les bénévoles avaient l'habitude de travailler dans leur coin, de tout donner sans que pour autant leur travail ne soit vu ou reconnu. Ma tâche a d'abord été de les orienter, de les faire grandir parce que le bénévole doit trouver son intérêt, doit être force de propositions. Il n’œuvre pas pour nous mais avec nous. Et si tout le monde va dans le bon sens, alors le groupe va s'étoffer et le club va grandir. » Six pôles et un centre d'entraînement Voilà quelques semaines quand le président a voulu revenir à son idée première, "bon sang mais c'est bien sûr" a-t-il du se dire. « Pourquoi aller chercher ailleurs ce que nous avons devant nous ? » Il avait son manager général tout trouvé et bénévole qui plus est !

Alors Romu s'est remis au travail ou plutôt a remis un coup d'accélérateur afin de peaufiner la structure interne aplemontaise. En premier, libérer du temps au président, ensuite distribuer clairement les rôles. « Pour être plus direct, plus efficace, j'ai créé six pôles : Officiels (arbitrage, tables), Organisation (événementiel), Communication, Mini Basket, Technique et Boutique. Mais je ne vais en aucun cas chapeauter la partie technique et sportive, elle reste dans les mains de Régis Traina qui en a les compétences. Je serai le point d'entrée du club pour tout le reste et je veux avant tout lui conserver son identité familiale. »

Les six pôles en route, une cellule recrutement en place, un dernier axe de travail est sur la table : le centre d'entraînement club (CEC). Avec Régis, le tout nouveau manager général vient de finaliser la plaquette de présentation. « Seul les clubs à partir de la LF2 sont habilités à avoir un centre de formation, explique Alain Damargnac. Ce CEC est donc une structure intermédiaire qui nous permettra d'être prêt à faire valider par la Fédération un centre de formation lorsque nous monterons. Nous avons déjà les partenariats avec les lycées, collèges, écoles, nous avons le staff médical et les hébergements à proposer. Nous sommes prêts et structurés pour la rentrée et la future saison. Nous voulons essayer de rayonner sur l'ex Haute-Normandie en qualité de club au plus haut-niveau féminin. »

Ainsi structurée, l'AL Aplemont Le Havre vient de franchir un cap.


Retrouvez l'article de Paris-Normandie sur ce sujet : www.aplemontlehavrebasket.com/medias

437 vues

© Copyright 2018 - A.L.Aplemont Le Havre Basket - Tous droits réservés.