Manue Nauleau : « L'avenir du club, ce n'est pas moi »

A Coubertin, si vous demandez Emmanuelle, tout le monde vous regardera en répondant : « qui ? ». En revanche, un « Manue » suffit à déclencher du respect dans le regard. Manue n'est autre que la doyenne du club, celle qui a joué en Ligue 2 et remporté avec l'équipe de 2013 le titre de Championne de France NF1. Mais ne la chercher pas dans les tribunes les soirs de match de NF2 ! Manue continue de s'éclater sur le terrain au milieu d'une équipe où ses 36 ans font grimper la moyenne d'âge à... 21 ans !

A l'heure où beaucoup aspire à la tranquillité en famille, tu es toujours sur le terrain avec beaucoup d'envie...

« Oui, mais j'ai eu vraiment besoin de souffler notamment après le titre de la N1, mes quatre années de pause avec des entraînements par-ci par-là m'ont fait le plus grand bien. J'ai eu ma fille aussi. Ensuite, j'étais motivée pour reprendre, je ressentais le besoin de faire du sport. J'ai bien essayé les salles mais le basket, c'est là où je m'éclate. En deux ans, je suis bien revenue et vu que Régis me sollicitait encore, j'ai fini par me lancer un nouveau défi l'an dernier et sûrement le dernier. »

Qu'est-ce qui te motive à jouer avec des jeunes qui n'ont pas encore 20 ans ?

« Je m'en sentais encore capable, mais je pensais aussi avoir un temps de jeu un peu plus réduit. Sur 15-20 minutes je pouvais encore filer des coups de main. Finalement je joue beaucoup plus ! Cette année, je trouve que les filles sont à l'écoute, il y a du respect, elles me font confiance, alors j'essaie encore plus que la saison dernière de les aiguiller, de leur transmettre ce que je peux, ce que je vois. De leur donner des indications techniques et tactiques. »

Justement, il se dit que c'est toi qui a orchestré le système victorieux de l'ultime seconde contre Landerneau ?

« Non, pas tout à fait. Joyce et Jasmine en parlaient 3'' avant que j'arrive, elles partaient sur un système plus long et se sont vite rendu compte qu'il n'y aurait pas le temps de shooter. Elles m'ont suggéré ce système-là et j'ai dit oui. Après j'ai essayé de faire le meilleur écran possible pour laisser de la place à Joyce. Elle a du tirer rapidement devant la fille d'1,97 m qui était certes un peu loin mais elle a été obligée de lever très haut son tir. Et elle a marqué! »

Je suppose que tu as lu le coup de gueule de Régis après Nantes et sa remarque sur l'importance de ta présence.

« Oui, j'ai lu le résumé (rire). C'est flatteur pour moi mais je me dis que l'avenir du club ce n'est pas moi, les autres joueuses ne doivent pas être dépendantes de moi. Elles doivent arriver à élever leur niveau même quand je ne suis pas là, à jouer et défendre ensemble aussi. »

C'est quand même un appel du pied pour les déplacements même si tu as annoncé la couleur depuis la saison dernière...

« Probablement ! J'ai fait Tours et je sais qu'avant chaque week-end à l'extérieur il me demandera si je peux me libérer... On verra... Les plus courts, oui... On verra comment se déroule la saison... On verra... »

Octobre rose, le ruban est apparu sur le logo du club, c'est important pour toi ?

« J'ai une de mes amies qui est touchée en ce moment, dans ma famille j'ai eu des cas aussi, donc oui c'est important. C'est le mois symbolique pour montrer qu'on est là pour les gens malades et parler de l'importance d'aller se faire dépister. »


Samedi 17 octobre à 20 h : Aplemont – Angers

Entrée gratuite

Attention un siège sur deux selon le nouveau protocole sanitaire

239 vues

© Copyright 2018 - A.L.Aplemont Le Havre Basket - Tous droits réservés.