NF1 : un socle de six « anciennes »

Même la mémoire de Laurent Chamu a vacillé... Y a-t-il déjà eu une saison où l'équipe première a conservé six joueuses ? « Peut-être celle de la montée en Ligue 2 », tente le coach.

Mais ne gâchons pas notre plaisir à farfouiller dans nos mémoires, l'essentiel est là et bien là, la NF1 a conservé un socle solide. « Le recrutement paraissait judicieux et nous n'avons pu voir qu'une bribe de la valeur de ce groupe, estime le président Alain Darmagnac. Mais sur ce qu'on a vu et les résultats obtenus, nous avons eu envie de renouveler toute notre confiance à ce groupe en souhaitant que cette nouvelle saison ira à son terme cette fois. »

Réaction identique du coach : « On a pensé que cette équipe méritait de refaire une vraie saison, il y avait la complémentarité et la cohésion, c'était dommage de perdre ça. De plus, les filles se plaisent ici, elles ont eu une réflexion collective sur le fait de ne pas avoir pu aller jusqu'au bout ensemble. »


Six sur neuf !


Malheureusement, le groupe perd sa capitaine Anita Meszaros qui a décidé de mettre un terme à sa carrière (voir article précédent). Uranie Bezzo partie dès l'automne pour raison de santé, tire un trait sur le haut niveau. Enfin Caroline Lamoine veut mettre en avant sa carrière professionnelle et revenir dès que possible en cours de saison.

Il reste donc nos deux « speedy » Onayssa Sbahi et Fanta Soumah, nos arrières-ailières Siga Camara et Katrin Chiemeka, notre intérieure Sarah Saint-Martin et fait assez rare pour être souligné : notre Américaine Mai-Loni Henson.

« Elle a montré de réelles qualités et un état d'esprit remarquable, insiste Laurent Chamu. On espère la voir sur une saison entière en sachant que nous avons une option sur une année supplémentaire en cas de montée. »


Comment compléter ce socle ?


Une promotion interne est sur le point d'aboutir afin de compenser l'absence de Caro. Mais il faut aussi et surtout remplacer Anita ce qui n'est pas le plus aisé. « On cherche du talent, précise le coach. Si le premier réflexe est de se tourner vers des Françaises, financièrement c'est compliqué pour le club. Donc on essaie de trouver une Européenne ou une Cotonou. »

En fonction du choix et du salaire, il y aura un ou deux renforts. Avec l'espoir de ne pas revivre la même frustration tant sur le parquet que dans les tribunes...

A suivre donc !

Un seul match à domicile sur les quatre joués, conclu par une belle victoire que le groupe n’avait pas manqué de fêter

598 vues0 commentaire